Menu
Publicité
logo

Tendances du marché des jeux vidéo en 2023 et au-delà - Partie 1/3

Par Tom Wijman - Newzoo


Jeux vidéoL'année 2023 promet d'être intéressante pour l'industrie du jeu vidéo. La pandémie a envoyé des ondes de choc à travers le marché des jeux d'une manière que nous n'aurions pas pu prédire. Les confinements mondiaux ont alimenté une croissance impressionnante en 2020 et 2021, bien que 2022 ait été une année corrective et agitée en termes de tendances de marché les plus impactantes.

Pour replacer l'instabilité relative de 2022 dans son contexte, nous avons assisté à une baisse de plus de 4 % en glissement annuel pour la première fois depuis que Newzoo a commencé à suivre les revenus du marché mondial des jeux vidéo en 2012. Ce n'est pas tout à fait un changement sismique de paradigme, mais cela vaut vraiment la peine d'être suivi.

Pourtant, nous restons plus optimistes que jamais quant à l'avenir du jeu. En 2023, de nombreux titres très attendus sortiront sur de nouvelles consoles, et les jeux mobiles connaîtront d'importants changements sur le marché dans l'ère post-ATT[1]. Des développements passionnants se préparent également dans les domaines du cloud gaming et de la VR.

Alors, quelles sont les tendances du marché des jeux qui marqueront l'année 2023 ?

Dans notre toute nouvelle série d'articles, nous allons nous plonger dans les 10 tendances qui, selon nous, auront le plus d'impact cette année. Nos analystes vous donneront un aperçu de tous les développements les plus marquants et feront des prédictions sur ce qui vous attend. Que va-t-il se passer avec l'accord Microsoft-Activision ? Comment l'IA générative affectera-t-elle le processus de développement des jeux ? Qu'en est-il des jeux dans les voitures ?

Sans plus attendre, plongeons dans nos 3 premières grandes tendances du jeu à surveiller en 2023.

De plus en plus d'éditeurs AAA et AA vont faire basculer leurs principales franchises vers un modèle basé sur les services

Les jeux en live service dominent le marché des jeux. Neuf des dix premiers jeux de 2022, classés en fonction du nombre maximal de MAU[2], n'ont même pas été lancés cette année. Nous constatons que les joueurs s'attendent désormais à ce que les jeux soient constamment pris en charge et mis à jour, et que la barre a été relevée pour les jeux à joueur unique et à vocation narrative.

Cette attente d'un contenu continu et de haute qualité exerce une forte pression sur le développement des jeux. Au cours de la dernière décennie, le temps de développement a augmenté et les équipes responsables de ce développement se sont agrandies. Les sociétés de jeux ont très peu de marge de manoeuvre financière pour éviter un échec, et se concentrent alors souvent sur des titres considérés comme des valeurs sûres.

En général, ces jeux sont déjà connus et appréciés. C'est pourquoi le marché voit tant de suites, de remakes et de remasters. Cependant, les développeurs et les éditeurs vont plus loin : au lieu de créer des suites ou des remakes, ils adoptent une stratégie de service en direct et ajoutent du contenu aux titres existants.

Nous avons vu ce tournant prendre deux formes distinctes. D'une part, les petits éditeurs indépendants ont cessé de développer de nouveaux jeux au sein d'une franchise et soutiennent continuellement un seul titre. Il suffit de penser à IO Interactive qui a récemment rebaptisé sa franchise Hitman en World of Assassination. D'un autre côté, les grands éditeurs disposant d'une grande force de frappe peuvent affecter des équipes entières au soutien d'un jeu de service en direct, tandis que d'autres équipes travaillent sur le prochain titre de la franchise.

Les éditeurs qui souhaitent exploiter le marché chinois des jeux ont tout intérêt à se concentrer sur quelques titres en direct. La Chine accorde des licences d'exploitation par jeu, de sorte qu'une fois qu'un jeu est approuvé, les éditeurs peuvent le mettre à jour et le lancer sur plusieurs plateformes sans avoir à obtenir de nouvelles licences.

Pour compenser une partie de la pression exercée sur le développement d'un jeu en live service, les éditeurs peuvent exploiter le contenu généré par l'utilisateur (CGU). Les jeux à service en direct privilégient l'engagement, qui précède les dépenses, une idée qui a incité les studios à créer des systèmes de jeu qui encouragent les joueurs à se connecter chaque semaine ou chaque jour. Cependant, cela peut créer des pertes de temps qui éloignent les joueurs de certains titres.

L'accord Microsoft-Activision est de plus en plus probable, mais les régulateurs continueront d'avoir un impact sur le fonctionnement des sociétés de jeux vidéo

Les régulateurs ont été nombreux à s'impliquer dans l'industrie des jeux, en partie à cause du boom de la pandémie. Si l'on se fie à l'année écoulée, on peut s'attendre à ce que les régulateurs examinent de près les pratiques courantes du secteur en 2023, notamment en ce qui concerne les loot boxes, les pratiques des appstores et l'exclusivité des contenus.

La relation entre les régulateurs et le secteur des jeux vidéo n'est pas forcément conflictuelle. Par exemple, un examen plus approfondi pourrait permettre de mieux protéger les jeunes joueurs. L'Union européenne prévoit également d'accorder des subventions aux entreprises locales de jeux vidéo, ce qui permettra aux petits studios de rivaliser plus facilement avec les géants mondiaux du développement de jeux.

L'une des principales nouveautés de 2022 se poursuivra également en 2023. La FTC[3] ne bloquera peut-être pas l'accord Microsoft-Activision, mais Microsoft devra faire des concessions supplémentaires avant que l'accord ne soit conclu. L'accord gigantesque pourrait même ne pas être conclu cette année. Chaque jour, de nouvelles mises à jour et de nouveaux obstacles sont mis en évidence dans cette histoire. Une prédiction que nous pouvons avancer est que Call of Duty arrivera sur Switch via un portage mobile.

Un autre sujet qui restera d'actualité en 2023 concerne Apple, qui doit désormais autoriser les appstores tiers sur son écosystème dans certains marchés. L'entreprise pourrait également devoir autoriser des procédés de paiement tiers. Cela permettra à Epic Games de relancer Fortnite sur iOS. Bien qu'il s'agisse d'une nouvelle explosive pour Epic, nous ne nous attendons pas à ce que cela provoque un séisme sur le marché du mobile.

En ce qui concerne l'actualité du marché international, la Chine commencera à alléger la pression réglementaire en 2023, ce qui donnera aux sociétés de jeux nationales et internationales davantage d'opportunités de percer sur ce marché. Après un gel des licences de jeux pendant près de deux ans, la Chine a approuvé un nouveau lot de 44 importations en décembre, et les approbations de jeux locaux ont repris plus tôt dans l'année. Selon les informations disponibles, la NPPA[4] va progressivement rationaliser le processus d'octroi des licences.

Toutefois, cela ne signifie pas que les vannes soient (ré)ouvertes. La limite n'est probablement que de quelques centaines de licences de jeux, ce qui est dérisoire par rapport au nombre d'approbations avant le gel de 2020. Dans un avenir proche, la Chine pourrait commencer à accorder davantage de licences de jeux aux petites et moyennes entreprises en premier lieu. Les géants du jeu tels que Tencent et NetEase risquent de ne pas acquérir de licences de jeu à la hauteur de leur productivité en matière de développement.

Les marchés des PC et des consoles adopteront des stratégies de monétisation hybrides (y compris la publicité)

Cette année, nous nous attendons à ce que les marchés des jeux pour PC et consoles intensifient leurs stratégies de monétisation hybride, y compris la publicité dans les jeux. Cela représente des plateformes marketing supplémentaires pour les entreprises tierces et des abonnements moins chers pour les joueurs qui n'ont pas peur de voir des publicités.

La mise en oeuvre de plusieurs méthodes de monétisation est devenue le modèle standard de réussite dans le secteur des jeux mobiles, en particulier depuis que la suppression de l'IDFA[5] a rendu beaucoup plus aléatoire le recours à la publicité comme seule source de revenus. Les développeurs de PC et de consoles ont été confrontés au potentiel de la méthode de monétisation hybride et l'adoptent. De nombreux jeux proposent déjà des abonnements et des micro-transactions. Dans certains cas, l'achat initial est désormais payant.

Cependant, les joueurs ne peuvent et ne veulent pas dépenser autant pour leurs jeux, d'autant plus que le climat économique se dégrade dans le monde entier. Les sociétés de jeux ne peuvent plus compter sur leurs joueurs dévoués pour payer la totalité de la facture.

L'adoption de la publicité pourrait bien être une opportunité de croissance dont les développeurs et éditeurs de PC et de consoles ont besoin pour remédier à cette situation délicate. Les solutions de publicité mixte comme anzu.io aident les entreprises à diffuser des publicités immersives dans les jeux sans perturber le déroulement de la partie, tout en offrant une autre voie de croissance.

Pour illustrer ce point, les abonnements à des ludothèques telles que Xbox Game Pass ont quelque peu diminué au cours des derniers mois. Nous avons entendu des rumeurs concernant un niveau d'abonnement sans publicité proposé à un prix inférieur, qui permettrait de conserver les abonnés ayant un budget réduit et d'inciter de nouveaux joueurs à rejoindre la plateforme. Les abonnements sans publicité pourraient toutefois connaître une hausse de prix, car ils deviennent un produit de première qualité. Il ne nous reste plus qu'à attendre pour voir.

C'est tout pour les trois premières tendances à surveiller en 2023. Restez à l'écoute pour la deuxième partie de notre top 10 des tendances les plus intéressantes dans le monde des jeux vidéo.


Vous avez besoin d'aide pour naviguer sur le marché des jeux vidéo ? Contactez-nous pour avoir accès aux données et aux conseils les plus complets du secteur. Ou explorez les perspectives de jeux sur PC et consoles sur 37 marchés dans le monde avec Newzoo Expert.

Notes et références

[1] ATT signifie "App Tracking Transparency" : Transparence du suivi des applications d'Apple

[2] MAU signifie "Monthly Active Users" : Utilisateurs actifs mensuels

[3] FTC signifie "Federal Trade Commission" : c'est une agence indépendante du gouvernement des Etats-Unis. Sa mission principale est l'application du droit de la consommation et le contrôle des pratiques commerciales anticoncurrentielles telles que les monopoles déloyaux.

[4] NPPA signifie "National Press and Publication Administration" : il s'agit d'un organe du pouvoir exécutif placé sous l'autorité du Conseil des affaires de l'Etat de la république populaire de Chine.

[5] IDFA signifie "Identifier for advertisers" : L'IDFA est la norme adoptée par Apple permettant aux réseaux publicitaires mobiles de suivre des utilisateurs et de leur diffuser des publicités ciblées.

Publié le 13 février 2023 par Emmanuel Forsans
Signaler une erreur

Commentaires des lecteurs

Soyez le premier à commenter cette information.
  • Share
  • Follow